Chers visiteurs, Nous vous informons qu’à partir du 3 septembre, la section Actualités sera retirée du site. Merci à tous de nous avoir suivis en ligne.
Surveillez notre grille horaire pour ne pas manquer nos journaux télévisés, nos prochaines émissions d’actualité et nos documentaires d’ici et d’ailleurs. À bientôt sur nos ondes !

Consulter la grille horaire >>

Actualités

Abdullah al-Yassin / The Associated Press

Abdullah al-Yassin / The Associated Press

Des combats ébranlent la capitale syrienne pour le deuxième jour de suite

Jeudi 07 février 2013 | 16h17

BEYROUTH - Les rebelles syriens et les troupes gouvernementales se sont de nouveau affrontés dans la capitale jeudi, au lendemain de ce que les militants de l'opposition ont décrit comme les combats les plus violents à Damas depuis des mois.

Les affrontements se rapprochaient du coeur de la ville, mais restaient concentrés dans les quartiers périphériques comme Qaboun, Jobar et Zamalka, dans le nord-est, et dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, dans le sud, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme et les Comités locaux de coordination, deux organisations de l'opposition.

Selon l'Observatoire, cinq personnes, dont trois femmes, ont été tués durant la nuit dans le camp de Yarmouk.

Mercredi, des témoins ont rapporté que Damas avait vécu ses affrontements les plus violents depuis le mois de juillet. Des résidants ont déclaré jeudi que les combats semblaient moins intenses, mais qu'ils entendaient encore des explosions sporadiques.

La télévision publique a annoncé que les rebelles avaient tiré deux obus sur un arrêt d'autobus du quartier Qaboun, faisant six morts, dont trois enfants et une femme. La télévision, qui citait un responsable du ministère de l'Intérieur, a ajouté que plusieurs autres personnes avaient été blessées.

L'Observatoire a rapporté des affrontements et des tirs d'artillerie entre les rebelles et l'armée près de Qaboun, précisant que plusieurs obus avaient touché le quartier. D'après l'organisation, les combats se sont déroulés près de l'autoroute qui relie Damas à Homs, dans le centre du pays.

Ailleurs en Syrie, l'Observatoire a rapporté de violents combats entre soldats et rebelles près de la ville d'Al-Safira, dans le nord du pays, où des affrontements se sont produits au cours des dernières semaines.

Al-Safira, au sud d'Alep, abrite des installations de production militaire. Les rebelles n'ont pas réussi à avancer dans la zone malgré des semaines de combats intenses.

L'Observatoire et les Comités locaux de coordination ont rapporté d'autres violences ailleurs en Syrie, notamment dans les banlieues de la capitale, ainsi que dans les régions de Deir el-Zour (est) et de Daraa (sud).

Le chef de l'opposition syrienne, qui a récemment proposé un dialogue avec le gouvernement, a par ailleurs réclamé la libération de toutes les prisonnières politiques détenues par le régime, faute de quoi il retirera son offre.

Lors d'un entretien avec le service arabe de la BBC, le chef de l'Alliance nationale syrienne, Mouaz al-Khatib, a appelé à la libération de toutes les femmes détenues d'ici dimanche.

M. Al-Khatib a affirmé que la libération des détenues devait marquer le début de la libération de tous les prisonniers politiques en Syrie. Il a déclaré que le régime de Bachar el-Assad avait fait plus de 160 000 prisonniers depuis le début du soulèvement, mais on ne sait pas combien sont des femmes.

« Retour à la page actualités

Nouvelles de © La Presse Canadienne, 2008