Chers visiteurs, Nous vous informons qu’à partir du 3 septembre, la section Actualités sera retirée du site. Merci à tous de nous avoir suivis en ligne.
Surveillez notre grille horaire pour ne pas manquer nos journaux télévisés, nos prochaines émissions d’actualité et nos documentaires d’ici et d’ailleurs. À bientôt sur nos ondes !

Consulter la grille horaire >>

Actualités

Abdeljalil Bounhar / The Associated Press

Abdeljalil Bounhar / The Associated Press

Mariage permis après un viol: le Maroc modifiera le Code criminel

Mercredi 23 janvier 2013 | 11h55

RABAT, Maroc - Près d'un an après le suicide d'une adolescente de 16 ans qui avait été contrainte d'épouser un homme qui l'aurait violée, le gouvernement marocain a annoncé qu'il avait l'intention de modifier le Code criminel afin de mettre fin à cette pratique traditionnelle.

Les groupes féministes ont accueilli favorablement, mardi, l'annonce du ministre de la Justice Mustapha Ramid.

Ils ont cependant prévenu qu'il s'agissait là d'un premier pas vers une révision plus complète d'un Code criminel dont les dispositions ne permettent pas d'enrayer la violence faite aux femmes dans le royaume nord-africain.

Un paragraphe de l'article 475 du Code criminel marocain permet à ceux qui sont condamnés de «corruption» ou d'«enlèvement» d'un mineur d'épouser leur victime. La pratique a été encouragée par les juges afin de préserver l'honneur des familles.

Au mois de mars 2012, Amina al-Filali, 16 ans, s'est empoisonnée afin d'échapper à un mariage abusif avec un homme âgé de 23 ans qu'elle accusait de l'avoir violée.

« Retour à la page actualités

Nouvelles de © La Presse Canadienne, 2008