Chers visiteurs, Nous vous informons qu’à partir du 3 septembre, la section Actualités sera retirée du site. Merci à tous de nous avoir suivis en ligne.
Surveillez notre grille horaire pour ne pas manquer nos journaux télévisés, nos prochaines émissions d’actualité et nos documentaires d’ici et d’ailleurs. À bientôt sur nos ondes !

Consulter la grille horaire >>

Actualités

Joe Biden, Sergey Lavrov.  Matthias Schrader / The Associated Press

Joe Biden, Sergey Lavrov. Matthias Schrader / The Associated Press

Nucléaire: les É-U sont prêts à négocier directement avec l'Iran, dit Joe Biden

Samedi 02 février 2013 | 13h38

MUNICH - Les États-Unis sont prêts à discuter directement avec l'Iran concernant son programme nucléaire, a affirmé samedi le vice-président américain Joe Biden, avant d'insister sur le fait que le régime iranien devait toutefois montrer qu'il prenait les pourparlers au sérieux.

Washington a déjà fait cette déclaration par le passé. Les négociations menées par les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies et l'Allemagne ont peu progressé, et plusieurs sanctions décrétées par la communauté internationale ont eu un impact sur les ventes de pétrole et les transactions financières de l'Iran.

Le mois dernier, dans un geste de provocation en prévision d'une nouvelle série de rencontres avec les six puissances, Téhéran avait annoncé son intention d'accélérer considérablement ses opérations d'enrichissement d'uranium, qui peut autant servir à fabriquer du carburant pour des réacteurs que de la matière fissile pour des ogives.

De passage à la Conférence sur la sécurité à Munich, M. Biden a déclaré qu'il était encore temps de trouver une solution par le biais de la diplomatie et de la pression exercée par les sanctions, sans toutefois donner d'échéance. Il a ajouté que la balle était maintenant dans le camp de l'Iran.

Interrogé à savoir quand la Maison-Blanche comptait organiser des pourparlers avec Téhéran, le vice-président a répondu que ce serait quand le leader suprême de l'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, serait sérieux.

Rappelant que l'Iran savait depuis longtemps que les États-Unis étaient ouverts à la rencontrer directement, Joe Biden a précisé que cette offre tenait toujours à condition qu'il y ait un ordre du jour clair et que les représentants du régime iranien acceptent de le suivre.

La Conférence a aussi été l'occasion pour M. Biden de discuter de la guerre civile en Syrie. Le vice-président américain a rencontré séparément le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Laver, l'envoyé des Nations Unies et la Ligue Arabe en sol Syrien, Lâcha Ébahi, et le principal leader de l'opposition syrienne, Moka Al-Khatib.

« Retour à la page actualités

Nouvelles de © La Presse Canadienne, 2008